The Witcher sur Netflix : avis et fanart

This article is also available in english.

Fin décembre 2019, une nouvelle série est arrivée sur Netflix : j’ai nommé The Witcher. C’est une adaptation des livres d’Andrzej Sapkowski, d’où viennent également les jeux. Comme j’ai plutôt tendance à apprécier les histoires se déroulant dans les univers médiévaux avec présence de magie, j’étais plutôt curieuse de découvrir la série. Je n’avais jamais joué aux jeux, ni lu les livres, c’est donc avec un regard de néophyte que j’ai appréhendé la série.

 

La découverte de la série The Witcher sur Netflix

J’ai donc attaqué la série, et le premier épisode n’est franchement pas accessible. C’est long, c’est la guerre mais on ne comprend pas pourquoi, on découvre des personnages qui meurent à la fin de l’épisode… Bof bof. Ça ne donne pas envie de voir la suite, et c’est dommage. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait. Je n’ai regardé qu’un épisode. Mais c’était sans compter internet et la phrase « toss a coin to your witcher » que je retrouvais partout.

 

Toss a coin to your witcher

Intriguée par cette phrase, je découvre que c’est une chanson. C’est bizarre, je n’ai pas entendu de chanson dans le premier épisode, et il ne m’avait pas semblé que le générique en avait une non plus. Bon, qu’à cela ne tienne, je décide de regarder la suite de la série, et donc l’épisode 2, histoire de comprendre la référence. Oh la claque. Cet épisode fait apparaître Jaskier, personnage très intéressant et très drôle, et c’est lui qui chante « Toss a coin to your witcher » pour vanter les exploits de Geralt de Riv et le rendre plus populaire auprès des humains. Ça y est, un duo comique et une chanson « efficace » (vous diriez comment « a catchy song », vous ?), sans compter l’apparition d’autres personnages intéressants, et me voilà avec le doigt dans l’engrenage, à vouloir regarder la suite de la série. J'ai d'ailleurs commencé à apprendre la chanson à la guitare.

 

Mon analyse

La série, qui est une adaptation des livres, comporte 3 éléments récurrents :

  • 1. « Mais pourquoi ? » quand quelque chose n’est pas expliqué, ce à quoi la série répond par « Ta gueule c’est magique. » ;
  • 2. Ou bien, quand l’attention du spectateur est dirigée spécifiquement vers des détails, le spectateur peut se dire : « OK merci Captain Obvious » ;
  • 3. Et enfin, dernier élément bien présent dans la série, le fan-service en faisant des clins d’œil aux jeux, que ce soit par certaines scènes (dont celle du bain), la musique (qui reprend également l’ambiance générale de celle du jeu), et enfin, en montrant régulièrement certains personnages avec assez peu de vêtements sur eux (peut-être est-ce dû aux livres, je ne le sais pas encore).

 

Je me suis donc amusée à créer le diagramme suivant (je n'en avais pas fait depuis mes rapports de TP d'école d'ingé, ça a été dur ^^)

ingrédients de la série The Witcher sur Netflix (à part les livres) : un tiers de "ta gueule c'est magique", un tiers de "détails beaucoup trop évidents", un tiers de "fan-service"

À partir du moment où j’avais compris ça, que j’avais fait abstraction des deux premiers points et posé mon cerveau, la série est devenue plus agréable à regarder. Et les memes que je voyais sur la toile me faisaient encore plus rire.

Girls "I watch The Witcher for the plot", the plot : photos de Geralt torse nu
Démasquée. (source : 9gag)


points communs entre The Witcher, Shrek et Berserk
Reddit

 

Mon fanart, un crossover de The Witcher, Final space et Game of thrones

J’ai regardé la série en VO (anglais) sous-titré français. Ce qui m’a marquée, en plus des éléments cités plus hauts, est la quantité de « Hmmmm….. Fuck » lâchés par Geralt. Alors certes, il a « un peu plus de deux-mots-de-vo-ca-bu-laire », mais il n’est quand même pas très bavard ! J’ai donc eu l’idée de faire une illustration en regroupant plusieurs personnages de différents univers qui ont chacun peu de répliques, voire une réplique culte.

Ça donne donc la rencontre entre Geralt de Riv (Le Sorceleur, The Witcher), Mooncake (Final Space, série animée également disponible sur Netflix), et Hodor (Le Trône de Fer, Game of Thrones).

En français, Mooncake dit "Chouuuuuka !" et non "Chookity !" mais j'ai voulu uniformiser et écrire toutes les répliques en anglais.

Comme d'habitude, j'ai fait cette illustration avec Krita.

Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Illustration fanart : Mooncake s'accroche à Geralt de Riv (le sorceleur) en faisant "Chookity !", Geralt, exaspéré, fait "Hmmm... Fuck." et Hodor, surpris, dit "Hodor ?"

Comment ça, Mooncake est une allégorie ? (à mettre en relation avec un des memes au-dessus)
OK alors appelez-moi Mooncake of Rivia, ou Mooncake de Riv (ça sonne moins bien je trouve).


 

Conclusion

La série, malgré ses défauts, m’a fait accrocher à l’histoire et à l’univers du sorceleur, et m’a donné envie d’en savoir plus et de comprendre ce qui est mal ou peu expliqué. J’ai donc acheté le premier tome, et j’y vois déjà un peu plus clair. Je peux maintenant comprendre que l’adaptation en série soit délicat, car la narration dans le livre est assez complexe. Là où le Trône de Fer facilite la vie à Game of Thrones car chaque chapitre se concentre sur un personnage, du point de vue du personnage, dans le Sorceleur on a des chapitres qui se suivent chronologiquement (La voix de la raison 1,2,3,4,5…) mais qui intercalés entre d’autres chapitres se déroulant dans le passé ! C’est assez surprenant au départ. Ce que j’apprécie beaucoup en tant que cavalière, c’est de retrouver régulièrement du champ lexical de l’équitation, ce qui est assez normal quand on y pense, puisque Geralt porte une certaine affection pour sa jument Ablette, et qu’à l’époque (l’histoire se déroule au Moyen-Âge), le cheval était le seul moyen de transport.

 

Bon, et le Nouvel An Lunaire sur Steam m’a fait craquer : à 11,85€ pour les 3 jeux The Witcher, je n’ai pas pu résister. Je suis un peu collectionneuse, ça me perdra. Ceci dit, c’était mon seul achat de toute la période des soldes, j’ai été plutôt raisonnable.
J’ai commencé par le premier jeu, qui m’a rebutée par son gameplay pénible. J’ai commencé le deuxième, qui est plus beau, a une musique très chouette, et le gameplay étant plus proche de celui des jeux actuels (spammer la touche attaque pour infliger des dégâts), j’accroche beaucoup plus.

 

Au départ, ça n’était pas gagné, mais je crois que je suis devenue une fangirl.

Pour aller plus loin :

Toss a coin to your witcher : la chanson
Ta gueule c'est magique : l'origine de cette expression
Compilation des moments comiques entre Geralt et Jaskier, avec spoils
Compilation des bruitages de Mooncake, entre "chookity" et "ooooh", avec spoils

 

Avez-vous regardé la série ? Qu’en avez-vous pensé ?

Rédigé par Petit Lutin Aucun commentaire
Classé dans : Illustrations Mots clés : Équitation, Fanart, Geek

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot dbrq ?

Fil RSS des commentaires de cet article